Vous êtes ici : Accueil / fr / Histories de participants / Glenda MUZENDA

Glenda MUZENDA

Agent de project pour Gender and Media in Southern Africa . « J’étais engagée dans la préparation de la Campagne de sensibilisation au genre pendant les élections présidentielles en Afrique du Sud d’avril 2009. Il était crucial d’informer les femmes vivant dans les campagnes sur leur droit de vote, en raison des séquelles historique de l’époque de l’apartheid et afin de s’assurer que les femmes fassent entendre leurs voix. C’est à cette époque que j’ai reçu un courriel m’informant que j’avais été sélectionnée pour recevoir une bourse et participer à un cours organisé par le CIF-OIT.

Je voudrais raconter cette expérience en partageant mon point de vue de femme sud-africaine. L’organisation pour laquelle je travaille, Gender and Media Southern Africa (GEMSA, Genre et Media Afrique australe) concentre ses activités sur la parité et la sensibilisation au VIH-Sida dans douze pays. L’Afrique du Sud est l’un des rares pays de l’Afrique sub-saharienne à réaliser la nécessité de l’implication des femmes à des postes de direction. Les femmes de ces régions élèvent par la suite leurs voix en faveur de ceux qui ne peuvent pas s’exprimer et réclament des changements. A ce moment-là, c’est moi qui était appelée par l’intermédiaire de ma participation à ce cours pour faire entendre ma voix et participer au changement.

En participant à cette formation, il m’apparut clairement que les expériences que j’avais connues en Afrique australe étaient également partagées par d’autres participants. Nous sommes devenu un village planétaire partageant de nombreuses similarités : l’insensibilité des gouvernements au budget consacré à la parité, l’inefficacité de l’aide, la domination des ordres du jour des donateurs, le manque d’alignement synergétiques avec les parties prenants et les stratégies de la gestion des fonds, etc.

Je me charge actuellement d’un projet sur le thème de « Making Care Work Count » (Oeuvrez pour que les activités de soin comptent) et j’utilise dans ce cadre les outils sur les budgets sensibles au genre. Les femmes impliquées dans ce projet sont des héros méconnus pour le travail qu’elles effectuent dans leurs communautés, en prenant soin des personnes contaminées et vivant avec le VIH-Sida. Ces femmes effectuent cela sans le soutien du gouvernement et pourtant elles représentent jusqu’à 90% des travailleurs de la santé en Afrique du Sud. Les recherches que j’ai effectuées pour ce projet ont été exposées lors du sommet des chefs d’Etat de la Communauté de développement d'Afrique australe (Southern African Development Community, SADC) en août 2009, avec une recommandation faite aux gouvernements de mettre rapidement en place des budgets sensibles au genre. J’avais appris cela lors du cours sur la façon dont les budgets doivent être conçu pour bénéficier à ceux qui en ont besoin. Cet événement a été crucial pour la réussite de notre projet et fut aussi important pour sensibiliser les décideurs.

Le facteur trois “M” comme je le formule maintenant – planifier aux niveaux micro, meso et macro – représente un autre aspect de grande valeur de cette formation quant à la gestion des fonds des donateurs, particulièrement dans le contexte de tassement économique dans laquelle nous nous trouvons actuellement. Planifier, mettre en œuvre et élaborer des stratégies sont devenus mon quotidien.

J’ai énormément apprécié cette expérience d’apprentissage et suis très reconnaissante à mes tuteurs, à mes compagnons de cours et à l’Union européenne pour une formation si plaisante. Je vous laisse avec la citation suivante : « Le changement ne fait pas que se produire. C’est nous, collectivement, qui le rendons possible. » (Anonyme) »

Facebook
ITCILO TV

YouTube

Stay Connected / Restez Connecté / Manténgase En Contacto!

Linkin Twitter

Flickr Slideshare

RSS